Eco...logie   La chouette chevêche 

Lorsque j’en ai trouvé une morte devant la porte de la maison, les ailes repliées et les yeux grand-ouverts, je me suis dit qu’étant donné sa taille c’était sûrement un tout petit bébé. Chat, chien, renard, buse, elle a tant de prédateurs que sa vie est bien compliquée dès la naissance.

J’avais raison, ou presque. Ce n’était pas un bébé, mais un adolescent...

La chouette chevèche est la plus petite de toutes les strigidés (famille de rapaces en grande partie nocturnes). Elle est la cousine du hibou, des chouettes, des petits et des grands ducs. Pas plus grosse qu’un pigeon (la mienne en faisait la moitié) elle est ronde et trapue avec un front bas, son plumage gris strié de brun sur le corps, et de blanc sur la queue et la face. Ce sont ses yeux jaunes qui lui donnent cet air d’éternelle mauvaise humeur. Sous des sourcils blancs, ils semblent vous dire « n’approche pas », certainement plus par peur que par sévérité.

 

Ce n’est pas de sa faute si la nature lui a donné un air de tati Danielle.

 

Pour réparer du destin cet injuste outrage, on lui a aussi donné le nom de chouette d’Athéna car elle était l’attribut d‘Athéna, déesse de la sagesse.

Nous voilà revenus à son air sévère. Enfin, le voile est levé sur un mystère : elle ne fait pas la tête, elle médite.

C’est la plus diurne des strigidés. Et oui, cette petite chouette chasse la nuit mais aussi à l’aube et au crépuscule. C’est pourquoi nous pouvons l’apercevoir à condition de se trouver au bon endroit et de se fondre respectueusement dans la nature. Les deux sexes sont semblables, sauf les petits qui sont plus ternes.

Le cri de la chouette chevêche est criard et retentissant. La femelle émet des sons plus haut-perchés et nasillards. Le cri d'alarme est perçant et aigu. Mais, en plus, elle chante : un miaulement net et clair.

répartition géographique 

On la trouve principalement dans les zones plates et vallonnées, les paysages avec des arbres dispersés, des talus, de vieux murs, les vergers, les villages. Elle se nourrit surtout d’insectes, d’araignées, de vers de terre, de souris, de rats des champs, et même des amphibiens. Elle effectue un vol régulier et direct et se laisse littéralement tomber sur sa proie. Avec ses serres puissantes, elle est capable de capturer des proies aussi grosses qu’elle.

Le nid de la chevêche d'Athéna peut être situé sur le sol dans un terrier, ou dans un trou dans un arbre, dans la roche ou dans un immeuble. Le même site est utilisé année après année.

La femelle dépose 3 à 5 oeufs lisses et blancs vers fin avril. L'incubation démarre habituellement avec le premier oeuf pondu, mais parfois, la femelle attend que sa couvée soit complète. L'incubation dure environ 28 à 29 jours, assurée par la femelle qui est nourrie par le mâle. Les poussins sont nidicoles. Ils sont nourris par les deux parents, mais c'est le mâle qui produit la nourriture pendant les deux premières semaines pour la famille entière. Les jeunes quittent le nid au bout de 35 jours, et les parents les nourrissent encore pendant quelques temps. Ils deviennent indépendants au bout de 9 ou 10 semaines.

 

La chouette chevêche d’Athéna est une espèce protégée.

Elle a sérieusement décliné depuis 1960 à cause de l’utilisation massive des pesticides. Mais c’est aussi les changements dans leur habitats, les disparitions des haies, la campagne qui rétrécit tous les jours un peu plus, qui a aidé à sa perte. Mais depuis la diminution des pesticides, sa population reste stable.

Bernadette Dubus

Article à partir de sites internet ,

et d’observations personnelles

Titre 2