bernadetteL

Certains de vos poèmes ont un charme spécial. On en sent l'inspiration et les racines, mais ils s'envolent pour dire d'autres vérités. Merci.

Publié le 13 Octobre 2016

 

BOSSY

@Boissié-Dubus Bernadette. Il y avait longtemps que je n'avais lu un semblable mystère d'enchaînements de mots choisis pour exprimer l'indicible. Chaque poème étonne.Les allusions, d'abord obscures, s'éclairent brutalement lorsque l'on croit avoir compris. Un seul poème manie la rime, me semble-t-il. Tous les autres manient le rythme, le choc, la surprise. On divague de l'infiniment petit au creux de l'âme aux envolées cosmiques qui englobent le monde, de la fleur qui blesse la main au courroux contre les hommes qui blessent la nature. On parcourt le chemin entre la beauté de la vie et sa flétrissure inévitable par le temps qu'on ne maîtrise pas. Vous êtes très proche du coeur et soudain, vous vous arrachez pour contempler de loin. Et vous égrenez votre texte de sentences indubitables qui valent pour tout le monde, partant de votre particulier. Voulez-vous que je vous dise, sans que vous n'ayez à vous voiler la face : Je suis resté pendant une heure dans cette terre de cailloux rugueux où l'on marche ébloui par l'incroyable vérité des mots juste à leur place, comme cela m''est arrivé auparavant quand j'ai découvert René Char. Mon étonnement est d'autant plus grand que vous puissiez faire cela et écrire des thrillers, forme d' écriture inaccessible pour moi. Vous avez peu de commentaires pour 167 lectures. Tant il est vrai que la poésie laisse coi plutôt que bavard. J'ai lu peu de textes à cette hauteur dans mBS. Amandine et Garance ne sont pas seulement vos plus belles oeuvres. Pourquoi ne viennent-elles pas le dire ?

Publié le 05 Novembre 2016